© Dossiersmarine2 - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III - Documents
Inventions Le Nautilus, navire à propulsion hydraulique de Ruthven
extrait de la Revue Maritime et Coloniale, T17, 1866 “Un nouveau système de propulsion pour les navires a été essayé le 7 avril dernier sur la Tamise. L'inventeur, M. Ruthven, a construit un bateau auquel il a donné le nom de Nautilus, et qui n’a ni roues à aubes ni hélice. Le système de propulsion consiste en une pompe centrifuge d'une forme particulière, combinée avec des plaques courbes et d'autres appareils, au moyen desquels une partie de l'eau sur laquelle le bateau flotte est aspirée dans l'intérieur et rejetée ensuite au dehors, de façon à pousser le navire dans une direction opposée à celle de la sortie de l'eau. Le propulseur se compose d'une roue hydraulique placée a l'intérieur du bateau, dans une caisse en métal située au-dessous de la ligne de flottaison. L'eau entre dans cette caisse par des petits trous pratiqués dans le fond du navire. La caisse est pourvue de deux tubes courbes, un de chaque côté du navire, sortant de la muraille un peu au-dessus de la ligne de flottaison. La roue est mise en mouvement par une machine à vapeur ordinaire, et l'eau est expulsée de chaque côté à travers les deux tubes, qui sont courbés de telle manière que l'eau en sortant est parallèle avec les côtés du navire. Au moyen d'une certaine disposition, les tubes de sortie peuvent être dirigés vers l'avant ou vers l'arrière du navire; lorsque l’eau coule du coté de l'arrière , le navire marche en avant, et lorsqu'elle est dirigée vers l'avant, il marche en arrière. Avec un tube dirigé vers l’avant et l'autre vers l’arrière, le navire tourne sur place. Bien des personnes ont cru que la force de propulsion est obtenue par 1’action de l'eau qui sort des tubes sur l'eau environnante. Il n’en est rien. Selon l’inventeur, la force réelle de propulsion est semblable à celle qui fait reculer un canon lorsqu’il fait feu. Si l’on place un canon sur le navire parallèlement à la quille, et si on lui fait faire feu du côté de l’arrière, il se produira une pression égale à la force avec laquelle le boulet sera sorti du canon, et qui poussera le navire en avant. Si l’on continuait ce tir, il existerait là une force de propulsion que l'on pourrait utiliser. La colonne d’eau qui sort des tubes produit le même effet que le boulet de canon. La force de réaction qui fait mouvoir le navire presse sur le bras courbe des tuyaux dans la direction contraire à celle de la sortie de l'eau. Avec ce système, la force de propulsion agit directement sur le navire. Les roues à aubes et l'hélice font aller le navire en avant en repoussant Peau à l’arrière, de sorte que la force de propulsion agit indirectement et produit un recul qui est évité avec le propulseur hydraulique. L’action de la roue hydraulique se produit sans saccade, par tous les temps, de sorte que les mouvements de tangage et de roulis ne réagissent pas sur les machines et ne produisent pas de recul. Dans le cas où la coque viendrait à faire de l'eau, on étancherait promptement cette eau en s'en servant pour approvisionner la turbine, après avoir fermé préalablement les trous d’approvisionnement ordinaires. On a calculé qu'une machine de 500 chevaux pourrait expulser par les tuyaux 1,000 tonnes d’eau en une minute. Un autre avantage de ce système, c’est qu’on peut arrêter le navire dans un espace égal à la moitié de sa longueur, en retournant simplement les tuyaux de sortie. Le Nautilus est un petit bateau de 35 mètres de longueur,  4m 57 de largeur et 2m 18 de creux. Son déplacement est de 174 tonneaux, le tirant d’eau est de 0m 60. Il y a deux machines, chacune de la force nominale de 10 chevaux. Il y a deux cylindres d'un diamètre de 0m 431, et dont les pistons ont me course de 0m 60. Le diamètre de la roue hydraulique est de 2m 13, celui des tuyaux de sortie de 0m 254. Le Nautilus, dans ses essais, était accompagné d’un vapeur à roues à aubes, et bien qu’avec 5 chevaux de moins, il l’a gagné de vitesse. En descendant le courant, il a obtenu une vitesse de 13,5 milles, et en remontant le courant 7,2 ; en moyenne l 0,35 milles. L’Amirauté anglaise fait construire en ce moment un navire de 798 tonneaux et de ‘167 chevaux, le Waterwitch, auquel on applique le système de M. Ruthven. note : le brevet de Rutven avait été déposé dès 1839.