© Dossiersmarine2 - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III - Documents
Témoignages Charles-Henri Bonnescuelle de Lespinois (3)
… SUITE 2 (Charles-Henri de Lespinois)     Le   fait   est   que   ce   brave   garçon   s’est   si   bien   débrouillé,   qu’à   l’heure   qu’il est   il   a   un   fils   qui   est   millionnaire.   Il   est   vrai   que   je   ne   le   suis   pas,   système des compensations !    On   nous   envoyait   de   temps   à   autre   sur   le   fleuve   en   amont   de Saigon,   à   environ   trente   cinq   milles   au   nord   de   cette   ville   dans   un   point ou   était   un   gros   village   annamite   et   un   fort   ou   il   y   avait   une   garnison d’infanterie de marine.             Ce   village   s’appelait   Phu   yen   mott,   les   environs   étaient   infestés   de tigres,   et   il   n’était   pas   rare   le   soir,   à   la   tombée   de   la   nuit,   d’entendre   tout à   coup   dans   le   village,   un   grand   cri   suivi   d’un   charivari   formidable.   C’était un   tigre   qui   venait   de   surprendre   un   habitant   sur   le   pas   de   sa   porte, l’avait assommé d’un coup de patte et l’emportait.             Aussitôt   tout   le   village,   hommes,   enfants,   femmes,   armés   de   torches, se   mettait   à   la   poursuite   de   l’animal   et   quelque   fois   parvenait   à   lui   faire lâcher sa proie qu’ils rapportaient pour lui donner la  sépulture.             On      en   prenait   de   temps   en   à   autre,   dans   de   grandes   fosses   très profondes   dissimulées   sous   des   branches   légères   garnies   de   gazon   et   de feuillage     sur     lesquelles     on     avait     fixé     un     jeune     chien     ou     volatile quelconque.       Ce   pays   là   était   plus   sain   que   le   district   de   Saigon,   car   il   était,   pour   ainsi dire,   le   point   de   départ   du   delta   du   fleuve,   à   cause   de   l’altitude   du terrain   et   des   collines   couvertes   d’une   futaie   magnifique   sous   laquelle erraient   les   tigres,   les   panthères,   les   ours,   les   cerfs,   les   paons,   les   coqs   et les      poules   cochinchinois   qui   ressemblent,   à   l’état   sauvage,   à   des   petites autruches,    et    ou    le    soir,    l’on    voit    voltiger,    d’un    arbre    à    l’autre,    les roussettes,    ces    immenses    chauve-souris    qui    ont    plus    d’un    mètre d’envergure.          De   temps   à   autre,   on   entendait   des   appels   aux   armes,   des   détonations sourdes,   c’étaient   des   partisans   ennemis   qui   étaient   établis   à   Bien   Hoa, et   dans   les   environs,   et   qui   venaient   chercher   à   razzier   les   populations chrétiennes qui étaient sous notre protection.          Le   commandant   envoyait   des   compagnies   de   débarquement   du   du Chayla   et   des   canonnières   qui   étaient   avec   nous,   et   qui   étaient   chargées de   la   police   du   fleuve   jusqu’à   une   distance   d’une   cinquantaine   de   milles au nord.                On   faisait   la   poursuite   de   ces   gens   là,   une   guerre   de   partisans,   on   en tuait    ou    blessait    toujours    quelques    uns    ;    mais    ils    se    dérobaient    et couraient comme des lapins effarouchés.     Un   jour,   on   en   prit   un,   homme   de   grande   taille,   à   figure   énergique, qui était caporal.    Il   avait   reçu   une   balle   conique   à   la   partie   inférieure   de   la   jambe,   et les    deux    os,    tibia    et    péroné,    étaient    brisés.    Malgré    cette    affreuse blessure,   il   se   sauvait   assez   vite,   et   était   parvenu   à   se   faufiler   dans   des broussailles,   dont   il   fut   assez   difficile   de   le   débusquer   quand   on   l’eut retrouvé.   On   lui   demanda,   à   l’aide   de   l’interprète,   pourquoi   il   avait   tant peur    de    tomber    entre    nos    mains,    et    il    donna    pour    raison    que    les mandarins   leur   avait   dit   que   nous   faisions   mourir   les   prisonniers   dans   les tortures, et que nous les mangions après.                On   me   fit   appeler   au   fort   pour   l’examiner   et   comme   l’amputation était   absolument   nécessaire,   je   retournai   à   bord   chercher   tout   ce   qui était   nécessaire,   ainsi   que   mon   second   chirurgien   auxiliaire.   (il   s’appelait Teulière,   actuellement   il   exerce   la   médecine   à   Tarascon   dans   l’Ariège). Quand    le    blessé    vit    qu’on    allait    lui    couper    la    jambe,    il    chercha s’échapper,   et   il   ne   resta   tranquille   et   ne   se   soumit   à   l’opération   que lorsque   l’interprète,   sous   le   serment   solennel   des   Annamites,   lui   eut   juré que   les   Français   avaient   un   remède   qui   empêchait   de   souffrir,   et   que pendant    qu’on    faisait    l’opération,    on    était    dans    le    septième    ciel    de Bouddha.             Il   se   laissa   faire,   je   l’endormis,   je   l’amputais   au   dessous   du   genou   et   je le   pansais,   tout   cela   assez   lentement   pour   qu’il   put   croire,   quand   il   revint à lui, que rien ne s’était passé.             L’interprète   me   le   dit,   et   alors   je   dis   à   un   matelot   qui   était   là   de   lui montrer   sa   jambe.   Alors   il   me   regarda   en   ouvrant   de   grands   yeux   et   en lançant   à   plusieurs   reprises   l’interjection,   chah   !   chah   !   chah   !   Il   me   prit la main et la baisa.          Ce   pauvre   homme   n’eut   pas   un   moment   de   fièvre,   pas   même   la   fièvre traumatique.    Il    guérit    comme    par    enchantement,    et    comme    nous repartions   à   cette   époque   pour   redescendre   à   Saigon,   je   recommandais à   mon   collègue   qui   me   remplaçait   de   lui   faire   confectionner   une   jambe en bois.                   En   ce   moment,   le   nouveau   gouverneur,   l’amiral   Bonnard   réunissait   à Saigon     tous     les     navires     et     principalement     toutes     les     grandes canonnières,   ainsi   que   les   troupes   de   terre,   chasseurs   à   pied,   espagnols, infanterie    de    marine,    et    les    compagnies    de    fusiliers    matelots,    pour attaquer    les    forts    et    la    citadelle    de    Bien    Hoa,    d’où    les    mandarins envoyaient    constamment    des    troupes    irrégulières    pour    harceler    et inquiéter     les     villages     soumis     à     notre     influence.          Le     du     Chayla commandait   en   chef   la   flottille   et   les   troupes   qui   devaient   agir   à   terre   en opérant un grand mouvement tournant.             Le   15   Décembre   1861,   la   flottille   commença   le   feu   à   8   heures   du matin   contre   les   forts   qui   commandaient   les   abords   de   la   ville   et   de   la citadelle   de   Bien   Hoa.   Ces   forts   étaient   situés   à   cinq   milles   en   aval   de   la ville   et   répondirent   par   un   feu   bien   nourri   à   notre   canonnade   Ils   tinrent bon    jusqu’à    11    heures,    mais    à    ce    moment    les    défenseurs    des    forts entendant   derrière   eux   les   fanfares   des   chasseurs   à   pied,   et   craignant d’être   pris   entre   deux   feux,   abandonnèrent   tout   et   se   faufilant   dans   les broussailles,   regagnèrent   la   ville   à   travers   champs   et   dans   des   endroits ou il était impossible de les poursuivre.          Alors   il   arriva   une   chose   affreuse,   le   lendemain   on   vit   s’élever   au dessus   de   la   ville   une   fumée   noire   intense,   et   on   entendit   des   cris,   une rumeur   formidable   ;   Il   y   avait,   enfermés   dans   les   paillotes   environ   trois
cents   indigènes   chrétiens.   Les   mandarins   firent   entourer   ces   paillotes par   un   double   cordon   de   sentinelles   et   mettre   le   feu   à   ces   abris   qui   se mirent    à    flamber    comme    des    allumettes.    Les        malheureux    qui cherchaient   à   sortir   de   cette   fournaise   y   étaient   rejetés   à   coup   de lance.   Ils   y   furent   tous   consumés,   et   l’odeur   de   ces   malheureux   brûlés vifs,   non   seulement   fut   perçue   par   nous   qui   étions   à   six   milles   de   la ville, mais encore par les habitants de Saigon !!   L’amiral     gouverneur     arriva     sur     ces     entrefaites     avec     une canonnière   qui   alla   jusque   sous   les   murs   de   la   ville.   Elle   lança   un   obus qui   traversa   le   rempart   et   alla   éclater   juste   dans   la   poudrière   qui   sauta   en   l’air.   Ce   fut   alors   une   panique   formidable   parmi   toutes   ces   troupes qui   entraînant   leurs   mandarins   avec   elles,   se   sauvèrent   bien   loin   et   je crois    qu’ils    firent    bien,    car    l’amiral    était    décidé    à    faire    payer    cher, surtout   aux   mandarins,   l’acte   de   cruauté   dont   ils   venaient   de   se   rendre coupables.   Et   on   mit   une   bonne   garnison   dans   la   citadelle,   et   tout   le corps expéditionnaire rentra à Saigon.             Quelques   jours   après,   je   me   promenai   un   matin,   sur   la   place   du marché   qui   était   très   animée   et   très   curieuse   à   voir,   lorsque   je   me   senti saisir    et    embrasser    la    main    ;    je    me    retournai    et    je    reconnus    mon amputé   de   Phu-yen-Mott   qui,   comme   Bélisaire,   avec   une   écuelle   de bois,   sollicitait   la   charité   publique,   je   m’empressai   de   mettre   dans   son écuelle   un   quart   de   piastre   et   je   le   saluai   de   la   main.   Je   le   vis   alors   de loin,    pérorant    au    centre    d’un    grand    rassemblement    d’indigènes    il racontait   probablement   son   épopée,   et   les   rapports   qu’il   avait   eus   avec moi.                On   dit,   et   je   crois,   avec   raison,   qu’une   action,   louable   porte   ses fruits…   Le   soir   même,   nous   étions   allés   voir   un   lieutenant   de   vaisseau de   nos   amis,   (Vial,   aujourd’hui   capitaine   de   vaisseau   en   retraite)   qui était   capitaine   du   port   de   commerce,   Il   y   avait   dans   son   immense chambre   une   épinette,   dans   ce   moment   étaient   en   visite   également chez   lui   le   señor   de   Palanca   y   Guttierez,   colonel   général   des   troupes espagnoles   et   plusieurs   officiers   de   ces   troupes.   On   se   mit   à   chanter,   et comme   j’avais   de   la   voix,   on   me   pria   de   chanter   quelque   chose.   Je   me suis   mis   au   piano,   et   j’eus   l’inspiration,   pour   plaire   aux   Espagnols   de chanter   une   seguedilla   Espagnole   que   j’avais   appris,   dans   le   temps,   à   St Jean   de   Porto-Rico   dans   les   Antilles.   Ces   messieurs   furent   enchantés,   le colonel   qui   était   un   gentleman   très   bien,   me   fit   beaucoup   de   politesses et,   ou   même   temps,   me   demanda   si   je   voudrais   me   charger   du   service médical   des   Espagnols,   attendu   qu’eux,   n’ayant   pas   de   médecin,   c’était un   docteur   Français   qui   les   soignait.   Le   chirurgien   de   première   classe qui   faisait   ce   service   était   reparti   pour   la   France,   et   il   me   déclara   qu’il serait   très   désireux   de   me   voir   lui   succéder,   Je   lui   répondis   que   je   ne pouvais   le   faire   sans   l’autorisation   de   mon   commandant.   Alors   il   lui   fit une   visite   à   mon   commandant   le   Bris   qui   lui   assura   que   pourvu   que   le service   du   bord   n’en   souffrit   pas,   il   m’autorisait   parfaitement   à   faire celui     des     Espagnols     et     je     le     fis     pendant     tout     mon     séjour     en Cochinchine, ce qui m’a valu la croix d’Isabelle la catholique.  1862    25 avril       Après   avoir   assisté   à   la   conquête   de   la   Cochinchine,   je   revins   en France,   désarmer   le   du   Chayla   à   Lorient.   En   arrivant,   j’appris   la   mort   de mon    excellent    père    ;    et    j’éprouvais    tout    ce    qu’on    peut    souffrir    en perdant son ami le plus cher et le plus dévoué.             Je   crois   n’avoir   payé   que   bien   faiblement   un   tribu   mérité   en   faisant ressortir   au   commencement   de   ce   récit,   toutes   les   qualités   maîtresses qui   caractérisent   un   homme   de   bien   et   qui   était   son   apanage.   Ce   n’est que   trop   tard   hélas   !   Qu’on   sait   apprécier   des   hommes   pareils   ;   aussi   je pense   actuellement   toujours   à   lui,   et   plus   je   me   fais   vieux,   mieux   je sens   tout   ce   que   je   dois   à   sa   sollicitude   et   à   son   dévouement   pour   ses enfants.                Est-il   besoin   de   dire   que   les   déceptions,   les   chagrins   de   toute espèce   ont   été   la   récompense   de   tant   de   vertus…   et   les   philosophes   de la   plus   haute   antiquité,   auraient-ils   formulé   une   vérité   profonde,   en établissant   que   le   mal   est   nécessaire   à   l’homme   comme   l’eau   glacée l’est   à   l’acier,   pour   le   retremper   et   lui   préparer   les   récompenses   de   la vie future !!!   1865         Après    avoir    passé    mes    examens    de    doctorat    à    la    faculté    de Montpellier,    je    reçus    l’année    suivante    la    décoration    de    la    légion d’honneur,   le   15   Août   1865,   après   vingt   trois   ans   de   services   assez pénibles,   j’avais   huit   propositions,   j’avais   assisté   à   dix   épidémies,   fièvre jaune,   dysenterie,   choléra,   typhus   etc.      Il   est   vrai   que   je   n’étais   pas protégé et c’était le cas de dire mieux vaut tard que jamais  1868                                     En   1868,   obsédé   par   les   plaintes   de   ma   femme   qui   trouvait   que nous   ne   pouvions   plus   vivre   avec   les   maigres   appointement   que   je touchais,   surtout   pour   faire   face   aux   dépenses   d’éducation   de   mes deux   fils   chez   les   Maristes   de   la   Seyne,   je   pris   le   parti   de   demander   ma retraite,     en     espérant     que     la     médecine     civile     contribuerait     pour beaucoup   à   améliorer   notre   condition.   J’étais   pourtant   le   premier   à passer médecin principal à l’ancienneté !! Je passai le Rubicon.  Et   Dieu   sait   le   mal   que   je   me   suis   donné,   et   les   déceptions,   les ennuis    de    toute    espèces,    les    pertes    d’argent    qui    m’ont    assailli    sur l’autre   rive.   Jusqu’à   l’age   de   73   ans,   j’ai   travaillé   comme   manœuvre   ne le   ferait   pas,   et   je   n’ai   pas   pu   sauver   un   liard   de   tout   l’argent   que   j’ai fait entrer à la maison. …. Mais assez sur ce sujet, car il est fort triste. Actuellement,    forcé    par    ma    surdité    de    renoncer    à    l’exercice    de    la médecine,   je   vis   dans   le   passé,   car   le   présent   est   peu   brillant   et   l’avenir est   dans   les   mains   de   l’esprit   supérieur.   Je   me   réfugie   dans   la   lecture, et   les   livres   sont   des   amis   qui   ne   trompent   pas   toujours,   quand   on   sait bien les choisir.             Je    m’intéresse    à    tous    les    progrès    de    l’esprit    humain,    et    je    suis vraiment    heureux    quand    je    puis    enregistrer    une    invention,    une découverte   profitable   à   l’humanité,   car   cela   me   console   des   saletés   de la   politique   qui   est   en   ce   moment   le   chancre   rongeur   de   cette   nation Française si gaie et si intéressante.