© Dossiersmarine2 - Copyright 2005-201 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III - Documents
Témoignages Carrière d’un médecin de marine : Gérard Bonnescuelle de Lespinois
1.Correspondance contenue dans le dossier :     Certificat de contre visite du 9/5/1862 à Toulon qui dresse que Gérard, actuellement sur le Laplace, est convalescent de fièvre intermittente et de dysenterie chronique, affections contractées en Cochinchine et qu’il a besoin d’un congé de convalescence de quatre mois à Toulon . Vu à Paris le 28/5/1862.     Demande le 24/6/1865 par Gérard d’un congé de trois mois pour affaires de famille à Toulon. Vu à paris le 8 juillet 1865.         24 août 1866, On demande de diriger Gérard sur Brest afin d’embarquer sur la Néreïde pour la Nouvelle Calédonie, départ prévu le 5 septembre : trois mois d’avance de solde, frais de voyage de Toulon à Brest, indemnité de lit de bord.          Nouméa , le 15/12/1868, demande de Gérard à ce qu’il soit pourvu en temps utile à son emplacement dans le cadre de la colonie, car devant accomplir 3 ans de service pour lui donner le droit d’être replacé dans le service des ports.          Notes du 12 et 19/3/1870, pour demander le rapatriement de Gérard, médecin de 1ère classe, au port de Toulon, après son temps réglementaire de service colonial accompli le 12/3/1870 depuis son débarquement de la Néreide le 13/3/1867.          Demande de Gérard pour la prévision de son remplacement dans la Colonie le 10/12/1868. Avis favorable de la direction du personnel au ministère le 23/3/1869.          Visite à Nouméa le 22/5/1869 + Contre-Visite à Toulon le 8/11/1869 = Gérard est atteint de dysenterie et d’hépatites chroniques, qu’il a besoin d’un congé de trois mois. Avis favorable du conseil supérieur de santé le 11/11/1869.          Un congé de convalescence lui a été accordé à Nouméa pour la France, parti avec la Néreide le 5 juin 1869.          Demandes de Gérard, du 30/4 et 3/5/1870, pour être dispensé de justifier du diplôme de bachelier es-sciences, pour obtenir la gratuité des inscriptions, afin d’aller subir les épreuves du doctorat devant la faculté de médecine de Montpellier. Vu et excepté à Paris le 9/5/1870.          Renouvelle sa demande le 31/5/1870 car la dispense de présenter le diplôme de bachelier a été omise.          Demande de Gérard le 23/7/1870 pour être attaché au cadre médical du port de Lorient en remplacement de Mr Bohy, médecin de 1ère classe, décédé.          Gérard, méd. de 1ère classe, médecin major à la division du port de Lorient, est le seul à accepter la proposition qu’on a faite aux médecins de partir pour l’immigration indienne, 19/10/1870.          Avis favorable du 18 juillet 1871 pour être envoyé en Inde au service de l’immigration.          Pensant qu’une absence trop prolongée à Pondichéry pourrait nuire à ses intérêts et à ceux de sa famille, Gérard demande le 17/11/1871 à être rattaché au cadre de Toulon, toujours dans le cadre de Lorient.          Gérard avait été rattaché au port de Lorient en août 1870 car c’était la condition indispensable pour y occuper la place de médecin- major des équipages de la flotte, il écrit de Lorient le 14 juin 1872 pour être attaché au port de Toulon.         Gérard a quitté Lorient le 25 juillet 1871 pour l’Inde, il rentre à Lorient le 14 juin 1872, après avoir débarqué le 12 à St Nazaire venant de Guadeloupe, son navire transportait des coolies de Pondichery aux Antilles.          Demande d’un congé de trois mois pour les épreuves du doctorat à Montpellier, par Gérard le 5 juillet 1872, de Lorient. Vu à Paris le 19 juillet 1872.          Deuxième demande pour la réduction de l’embarquement des médecins de 1ère classe, avec deux avis non favorables.          Demande de congé de trois mois par Gérard, de Toulon, le 24 juin 1875, pour terminer ses examens de doctorat à Montpellier. Vu à Paris le 29 juin 1875.          Demande du 10 juillet pour obtenir un congé pleine solde pour le doctorat et non un congé demi-solde pour affaires personnelles comme il lui a été accordé le 7 juillet 1875.          Demande de Gérard, Toulon le 18/11/1875, pour assurer à Brest une place de médecin des paquebots transatlantiques, étant pourvu du diplôme de docteur en médecine. Avis favorable du directeur du personnel au ministre le 31/12/1875. Gérard pourra être placé en congé sans solde et supporterait au profit de la caisse des invalides de la marine la retenue de 3% sur toutes les allocations qu’il recevrait de la Compagnie.          Lettre de la CG des transatlantiques au Ministère  pour le remplacement de Gérard, qui vient d’être promu médecin principal de la marine et est appelé à Cherbourg, du 27/5/1879.          Demande du 17/7/1879 de Cherbourg par Gérard pour être rattaché à Toulon où il a trois fils qui y font des études. Mais pas de vacance dans le cadre des médecins principaux à Toulon, note de Paris du 28 juillet.          Admis à la retraite le 5 octobre 1885  (mention comme étudiant en médecine du 13 sept 1847 au 2 décembre 1850), pension accordée le 29 octobre 1885 de 4000 francs.
2. Embarquements : Classe 1847, exempté de service car un frère sous les drapeaux, le 22 septembre 1848. Etudiant : hôpitaux de la marine (Toulon), 13/9/1847 au 3/12/1850 Chirurgien de 3e classe (3 déc.1850)       hôpitaux de la marine( Toulon), 3/12/1850 au 11/2/1851 Provençale, navire de transport, 11/2/1851 au 29/12/1851 Hôpitaux de la Marine (Toulon), 29/12/1851 au 16/3/1852 Bayard, vaisseau, 16/3/1852 au 22/3/1853 Hôpitaux de la Marine (Toulon), 22/3/1853 au 13/10/1853 Labrador, 13/10/1853 au 24/11/1853 Descartes, 24/11/1853 au 26/11/1853 (dans le port) idem, 26/11/1853 au 27/3/1854 Idem, 27/3/1854 au 25/5/1854 (en guerre) Toulon, 25/5/1854 au 5/11/1854, à terre Fleurus, 5/11/1854 au 8/11/1854, mer en guerre Chir. de 2e classe (8 nov.1854)   Fleurus, 8/11/1854 au 8/12/1855, idem Toulon, 8/12/1855 au 19/1/1856, à terre Montézuma, 19/1/1856 au 30/3/1856, en guerre Idem, 30/3/1856 au 3/9/1856, en paix Brest, 3/9/1856 au 24/10/1856, à terre Africaine, 24/10/1856 au 10/2/1857 Idem, 10/2/1857 au 5/3/1857, dans le port Brest, 5/3/1857 au 6/3/1857, à terre Fulton, 6/3/1857 au 16/3/1857, dans le port Toulon, 16/3/1857 au 1/12/1857, à terre Laplace, 1/12/1857 au 17/12/1857, dans le port Idem, 17/12/1857 au 29/12/1857 Idem, 29/12/1857 au 21/4/1862, en guerre Idem, 21/4/1862 au 1/5/1862 Idem, 1/5/1862 au 20/5/1862, dans le port Toulon, 20/5/1862 au 18/11/1862, à terre Finistère, 18/11/1862 au 2/2/1863 Idem, 2/2/1863 au 27/6/1863, en guerre Idem, 27/6/1863 au 22/7/1863, Toulon, 22/7/1863 au 7/12/1863, à terre Phare, 7/12/1863 au 5/4/1864 Toulon, 5/4/1864 au 8/4/1864, à terre Moselle, 8/4/1864 au 16/5/1864 Toulon, 16/5/1864 au 7/12/1865, à terre Sentinelle, 7/12/1865 au 9/12/1865 Idem, 9/12/1865 au 27/12/1865, dans le port Toulon, 27/12/1865 au 17/2/1866, à terre Vienne, 17/2/1866 au 7/5/1866 Chir. de 1ère classe (23 mai 1866) Toulon, 7/5/1866 au 27/8/1866, à terre Brest, 27/8/1866 au 10/9/1866, à terre Néreide, 10/9/1866 au 14/3/1867 Nouvelle Calédonie, 14/3/1867 au 4/6/1869, colonies Néreide, 4/6/1869 au 31/10/1869 Toulon, 31/10/1869 au 1er juillet 1870, à terre Lorient, 1/7/1870 au 3/8/1870, id. Division de Lorient, 3/8/1870 au 13/7/1871, id. Lorient, 13/7/1871 au 26/7/1871, id. Service de l’immigration indienne, 26/7/1871 au 12/6/1872, mer Lorient, 12/6/1872 au 24/7/1872, à terre En congé, 24/7/1872 au 20/9/1872 Lorient, 20/9/1872 au 1/12/1872, à terre Toulon, 1/12/1872 au 9/1/1873, id. Gauloise, 9/1/1873 au 30/1/1873 Idem, 30/1/1873 au 1/3/1873, dans le port Toulon, 1/3/1873 au 10/3/1873, à terre Cérès, 10/3/1873 au 11/3/1873, dans le port Idem, 11/3/1873 au 6/7/1873 Idem, 6/7/1873 au 26/7/1873, dans le port Toulon, 26/7/1873 au 10/8/1873, à terre Entreprenante, 10/8/1873 au 11/8/1873, dans le port Idem, 11/8/1873 au 29/12/1873 Idem, 29/12/1873 au 1/1/1874, dans le port Toulon, 1/1/1874 au 1/3/1874, à terre Marengo, 1/3/1874 au 1/6/1874, dans le port Toulon, 1/6/1874 au 1/4/1875, à terre Richelieu, 1/4/1875 au 7/5/1875, dans le port Idem, 7/5/1875 au 9/5/1875 Idem, 9/5/1875 au 21/6/1875, dans le port Idem, 21/6/1875 au 1/7/1875 Toulon, 1/7/1875 au 1/1/1876, à terre Compagnie transatlantique (congé : 3 ans sans solde), 1/1/1876 au 12/5/1879, à terre. Médecin Principal (12 mai 1879)   Idem, 12/5/1879 au 19/6/1879, à terre Cherbourg, 19/6/1879 au 21/3/1880, id. Saint-Nazaire, 21/3/1880 au 6/5/1880, id. Lafayette (paquebot), 6/5/1880 au 18/5/1880 Guadeloupe, 18/5/1880 au 24/11/1881, colonies St Domingue (paquebot), 24/11/1881 au 11/12/1881 Toulon, 11/12/1881 au 6/8/1885, à terre.                                               Et continue. » Récapitulatif : Mer en paix : 80 mois 26 jours Mer en guerre : 73 mois 29 jours Dans le port : 10 mois 13 jours Terre en paix : 229 mois 29 jours Colonies en paix : 44 mois 26 jours 3. Appréciations : Lorient, 1er octobre 1870 : « Cet officier n’est employé à Lorient que depuis fort peu de temps, il remplit sa fonction d’une façon satisfaisante ». Lorient, 1er octobre 1871, fonction : médecin major de la 3ème division des Equipages de la Flotte « officier studieux, M. de Lespinois cherchait à se rendre compte de tous mes incidents qui survenaient à la position de ses malades, aussi les visitait-il fréquemment et suivait-il avec grand soin la marche des maladies éruptives. » Lorient, 1er octobre 1872 « Cet officier s’acquitte d’une façon satisfaisante du service dont il est chargé ». Toulon, 30 septembre 1873, « bon serviteur très dévoué, esprit inventif, a perfectionné plusieurs appareils chirurgicaux ayant trait aux fractures des membres ». Brest, 1873, La Cérès, cdt : Ducrest de Villeneuve : « il m’est impossible d’apprécier sérieusement la valeur de cet officier comme médecin n’ayant pas les connaissances requises pour cela, il s’occupe beaucoup de ses malades à bord et paraît très intelligent. » Toulon, 7 septembre 1874, en service dans les hôpitaux « Bon serviteur, très obéissant, excellent caractère, capable de faire face à toutes les éventualités de ses fonctions à terre, comme à bord des navires. » Toulon, 15 septembre 1875, «  a toujours accompli ses devoirs avec exactitude, zèle et dévouement, excellent caractère, peut être considéré comme ayant une valeur réelle ; Ses titres à l’avancement ne tarderont pas à devenir sérieux . » Cherbourg, le 1er septembre 1879, fonction : médecin principal de la division de Cherbourg « Monsieur le médecin principal de Lespinois remplit avec zèle et sollicitude ses fonctions à la division, je n’ai qu’à me louer de ses services. » -Faits particuliers : guerre de Crimée, guerre de Chine et de Cochinchine (1865- 1866), guerre du Mexique.- Cherbourg, 26 septembre 1879 « Depuis très peu de temps à Cherbourg, j’ai pu voir déjà le zèle, l’intelligence de cet officier du service de santé dans l’accomplissement de ses fonctions qui sont assez importantes et variées ». La Basse-Terre, 26 juin 1880, fonction : chef du service de santé « Mr de Lespinois est trop récemment arrivé dans la colonie pour qu’il soit possible d’apprécier sûrement sa valeur. Je constate seulement qu’il semble n’avoir jamais été à la tête d’un service, delà un manque complet d’initiative ». Idem, 1er septembre 1880 : «  je ne puis que m’associer aux réserves exprimées par l’ordonnateur, en constatant avec lui l’insuffisance du concours que l’administration reçoit du chef de service de santé dans les circonstances graves où se trouve la colonie, éprouvée depuis un an par la fièvre jaune. La bonne volonté est incontestable chez M. de Lespinois, mais l’initiative et l’esprit de direction font défaut » Signé le gouverneur. Basse-Terre, 15 août 1881, note du gouverneur : « excellent chef de service qui, par son dévouement et sa valeur professionnelle a acquis les sympathies et la confiance de tous. S’est particulièrement  distingué à l’occasion de la fièvre jaune dans l’organisation, la direction des services, et les soins personnels donnés aux malades, proposé avec instance pour la croix d’officier de la légion d’honneur ». Basse-Terre, 16 novembre 1881 : « Médecin consciencieux, ayant une valeur professionnelle incontestable, acquise par de longs services à la mer et aux colonies. » Le gouverneur renouvelle sa proposition de nomination. Depuis 1882 : adresse : 20 rue ou cours Lafayette, Toulon. Toulon, le 16 septembre 1882 : « Bon serviteur ». Toulon, le 15 septembre 1883 : « M. de Lespinois a fait son premier tour de corvée à la Guadeloupe. Depuis son retour, il s’est toujours acquitté assez convenable des divers services qui lui ont été confiés. » Toulon, 5 septembre 1884 : « Bon serviteur, très zélé. » Toulon, le 11 novembre 1890 : Etat : docteur en médecine exerçant à Toulon, appréciation de son état de réserviste : « Tenue très correcte, possède la trousse d’instruments de chirurgie. Cet officier supérieur est plein d’activité, il demande à continuer ses services dans l’armée de mer quoique ayant terminé depuis le 17 octobre les 5 années obligatoires. Remplissant toutes les conditions exigées par l’article 5 du décret du 30 juillet 1883. Je le propose pour le grade de médecin en chef de réserve. »  
SOMMAIRE 1. Correspondance contenue dans le dossier militair 2. Embarquements 3. Appéciations