© Dossiersmarine2 - Copyright 2005-2017 - Alain Clouet - contact : www.dossiersmarine@free.fr
La flotte de Napoléon III - Documents
Navires allongés (annexe 8) par Claude Millé
Ce dossier comprend les annexes suivantes (accessibles par les barres de navigation).:     annexe 1 : copie de la dépêche ministérielle adressée au Préfet Maritime de Rochefort pour les plans de la Sémiramis.     annexe 2 : Liaisons longitudinales" - extrait du traité de A. de Fréminville.     annexe 3 : étude du CV Brisou sur les navires allongés.     annexe 4 : note sur l'opération de descente de l'Eylau, par Dupuy de Lôme, 1853.     annexe 5 : halage de la frégate Amazone à Brest.     annexe 6 : - la frégate l'Astrée, par Claude Millé.                     - notes sur les frégates du CV Brisou.     annexe 7 : extrait du livre "la révolution de la vapeur dans les marines du XIXe siècle".     annexe 8 : - dimensions comparées de la quille.                         - note biographique sur le LV Texereau.     annexe 9 : galerie iconographique.
1. Comparaison des dimensions de la quille et de ses éléments voisins Vaisseau mixte Algésiras          hauteur  quille/contre quille : 78/79 cm     fausse quille               8 cm     galbord            30/35 cm     carlingue           60 X 28 cm Frégate mixte Impératrice Eugénie     Quille : En deux pièces superposées, avec galbords chevillés entre eux, à travers la quille supérieure     Quille supérieure : largeur 40 cm, hauteur 35 cm avec 4 cm de contre-quille pour l’entaille des membres et avec une rablure de 30 cm de hauteur.     Quille inférieure : largeur 40 cm, hauteur 27 cm     Fausse quille : largeur 40 cm, épaisseur 8 cm.     Carlingue : largeur 52 cm, hauteur 26 cm. Vaisseau rapide Napoléon        Quille : En deux pièces superposées, avec galbords chevillés entre eux à travers la quille supérieure.        Quille supérieure : largeur 43 cm, hauteur 44 cm, avec 4 cm de contre quille intérieure et une rablûre de 35 cm de hauteur.        Quille inférieure : largeur 43 cm, hauteur 35 cm        Fausse quille : largeur 43 cm, épaisseur 8 cm.       Carlingue : largeur 60 cm, hauteur 28 cm Frégate mixte Astrée     Avant allongement alors qu’elle était aux 22/24èmes :Hauteur de la quille et de la fausse quille réunies : 54 cm     Après allongement : hauteur de la quille inférieure : 40 cm. Hauteur de la fausse quille : 14 cm. Mais il faut y rajouter la hauteur de la quille supérieure.     Tirant d’eau moyen au milieu à partir du dessous de la fausse quille (en charge) : 6,28 m     Les tirants d’eau ont été observés 2 j après le lancement, donc coque nue, à la mer étale :         Arrière : 4,48 m         Avant : 4,11 m         Moyen : 4,295 m         Tribord milieu : 4,25 m         Babord milieu : 4,23 m     ARC : Résultant des tirants d’eau : 0,055 m                Constaté par les voyants : 0,065 m     Affaissement des murailles : 0 ,01 m 2. Note sur le LV TEXEREAU, auteur du dessin du halage de la partie avant de la frégate Sémiramis    Le LV Texereau était officier en second sur la corvette à voiles ALCMENE, qui se perdit sur la plage de Bayly’s Beach, sur la côte N.W. de la Nouvelle Zélande en juin 1851. Elle était commandée par le CC Bruno d’Harcourt. Louis Auguste Texereau était né en 1823 à Poitiers. Entré à l’école navale sur l’ORION en 1839, élève de 1° classe en 1843. Embarqué sur l’URANIE, sa santé délicate, qui marquera toute sa carrière, obligea à le rapatrier de Rio de Janeiro. Enseigne de vaisseau en 1845 il était affecté en 1848 sur l’ALCMENE où il assurait les fonctions d’officier en second. Sa conduite lors du naufrage lui valu un témoignage de satisfaction du ministre en 1852 et la croix de chevalier de la Légion d’Honneur en 1853.      Nommé LV le 1° juillet 1852, il servit l’année suivante en Guyane où il commanda la goelette locale l’ILE D’ENET. En 1854 à bord de la frégate HELIOPOLIS, il se trouvait sur la côte occidentale d’Afrique quand il fut hospitalisé à Gorée et rapatrié dur le CROCODILE.      Affecté pour raison de santé à résidence fixe, il assurait les fonctions de capitaine d’habillement, d’armement et de casernement à Rochefort, où le CF JULIEN-LAFERRIERE, en 1859, alors Cdt de la division des équipages, estimait qu’il s’acquittait « de ses fonctions avec intelligence, beaucoup de zèle et d’exactitude ». C’est à ce poste qu’il décéda le 15 février 1862, des suites d’une dysenterie contractée en Afrique. Claude Millé NOTE : Il semble que cette feuille de carrière soit incomplète, car sur le rôle d’équipage de 1848 de l’Alcmène, il est noté « provient du Phoque ». La corvette à roues PHOQUE joua plus tard, en 1853 un rôle primordial, avec les corvette PRONY et CATINAT dans la prise de possession de la Nouvelle- Calédonie, quasi à la barbe des anglais, par le C.A.  Fébvrier Despointes.